VEDIA

Le niveau du lac de la Gileppe atteint son niveau le plus bas jamais enregistré !

© SPW – G. Pasquarelli
 27 novembre 2018 15:19  |   Jalhay

Les quelques précipitations qui ont émaillé ce week-end n’auront pas inversé la tendance : le lac de la Gileppe a atteint un nouveau record à la baisse depuis 1970, date de la dernière rehausse du barrage. En effet, ce lundi matin, le Service public de Wallonie relevait une cote de 281,39 mètres, soit 9 centimètres de moins que le record de 2003.

Le barrage de la Gileppe est un des 9 barrages-réservoirs de Wallonie gérés par le Service public de Wallonie (SPW Infrastructures), sur un total de 15. Initialement construit pour répondre aux besoins en eau de l’industrie lainière de Verviers, ce barrage constitue aujourd’hui une réserve d’eau potable. Avec une superficie de 130 ha, le lac de la Gileppe, un des plus anciens lacs artificiels d’Europe, peut contenir jusqu’à 26,4 millions de  m³.

Depuis la construction de l’actuel barrage en 1970, ce lac a connu plusieurs périodes de sécheresse exceptionnelles. Celle de 1976 a notamment marqué les mémoires, tant au sein  de la population locale que des ingénieurs-barragistes, au point d’amener les gestionnaires de l’époque à revoir leurs modes de gestion. Si cette année-là, le lac de la Gileppe avait atteint la cote 281,81m, il est descendu encore plus bas en 2003, année pendant laquelle la cote de 281,48 mètres a été enregistrée. Ce record aura finalement tenu 15 ans, jusqu’à ce lundi 26 novembre : en effet, ce matin, le SPW Infrastructures a relevé une cote de 281,39 mètres, soit 9 centimètres en-deça du précédent record.

Cette situation est inévitablement liée à la longue période de sécheresse que nous avons connue cet été et qui se poursuit pendant l’après-saison. Le lac étant alimenté par la rivière de la Gileppe et ses affluents, les précipitations enregistrées ces derniers mois dans la vallée n’ont pas été suffisantes pour compenser les prélèvements effectués dans le lac pour la production d’eau potable.

Le lac de la Gileppe est en effet utilisé par la SWDE pour alimenter son réseau d’eau potable. Cette mission importante devant évidemment être maintenue, le SPW Infrastructures a pris, au plus fort de la sécheresse, les dispositions pour prévenir la baisse du niveau du lac : l’alimentation de la rivière en aval du barrage a ainsi été calquée au maximum à la quantité d’eau amenée par la rivière et ses affluents. Cette veille permanente permet ainsi de maintenir une réserve d’eau stratégique en attendant une période de pluie plus intense.

Si le niveau du lac est au plus bas, la quantité d’eau qu’il contient reste malgré tout conséquente avec plus de 8 millions de m³ (soit, l’équivalent de 8 milliards de litres d’eau). De manière générale, l’état des réserves en eau de surface dans la région de Verviers-Eupen est encore largement satisfaisant. Le lac du barrage d’Eupen, dont l’eau alimente également le réseau d’eau potable, est à un niveau encore nettement supérieur à celui atteint lors des périodes de sécheresse de 1976 et 2003. 

▶︎ (Re)voyez notre reportage réalisé le 19 octobre dernier, en cliquant ici








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte