VEDIA

Stavelot : le terrain synthétique de la Plaine des Bressaix ne présente aucun danger

 17 avril 2019 16:14  |   Stavelot

Les analyses réalisées au terrain synthétique de la Plaine de Sports des Bressaix à Stavelot par un laboratoire agréé ont livré leur verdict et ont surtout confirmé sa non-dangerosité. « En 2012,  année de la création du terrain, l’installateur avait dû respecter la norme européenne de 50 mg maximum par kilo de matériau pour les 8 HAP incriminés alors que la Région venait de décider de diminuer cette norme à 20mg/kilo. Le contrôle de l’état du terrain était d’autant plus nécessaire que la Région venait d’établir un nouveau protocole d’analyse comprenant 70 critères ainsi qu’un contrôle de la toxicité de l’eau de drainage qui est chez nous rejetée dans l’Amblève », explique Patrice Lefebvre, Echevin des Sports de Stavelot.

Le résultat de l’examen, commandé le 18 février, est arrivé sur la table du Collège communal. « En ce qui concerne les 8 HAP, le taux est de 1,519 mg/kilo (soit 1,519 mg par million de mg), soit 13 fois sous la nouvelle norme des 20mg/kilo. Tous les autres points de l’analyse sont également positifs et le rapport ne recommande aucune mesure, même s’il constate un léger dépassement de la concentrations du zinc enfermé dans les billes », se réjouit Patrice Lefebvre. Les inquiétudes sont levées aussi en ce qui concerne l’eau de drainage où les rejets ne sont pas problématiques. Le test de toxicité a livré également une toxicité aigüe nulle. Sur base de ces résultats, aucune intervention ne semble donc nécessaire sur le terrain des Bressaix. « Sauf avis des autorités ou preuve scientifique contraire, les joueurs de la Fagne Foot Académie, du RCS Stavelotain, du FC Ster-Francorchamps, leurs dirigeants, arbitres et adversaires peuvent fouler la pelouse synthétique sans courir de danger », explique l’échevin des Sports de Stavelot.

Eclairage modifié : économies réalisées

Par ailleurs, la modification de l’éclairage du terrain synthétique est terminée. Le coût total de l’opération s’élève à un peu plus de 40 000 euros. Cette modification permettra de réduire le coût d’entretien et le coût énergétique du système. « L’économie se situera donc entre 180 000 et 300 000 euros, sans compter que la consommation électrique sera 3 fois moindre », conclut Patrice Lefebvre.

Premiers résultats encourageants dans l’arrondissement

Ailleurs dans l’arrondissement, l’Echevin des Travaux de Welkenraedt Joseph Smits n’a pas encore vu le rapport d’expertise et attend le prochain Collège communal pour avoir plus d’informations. A Dison, les expertises n’ont pas encore eu lieu. La commune doit encore décider quel laboratoire aura en charge l’analyse des échantillons. A Verviers, l’Echevin des sports Malik Ben Achour a reçu le rapport la semaine dernière mais n’a pas encore eu contact avec le laboratoire qui a analysé les échantillons. Il attend de pouvoir les contacter afin de donner plus d’informations. Pour l’instant il confirme de bons résultats mais un léger dépassement en zinc serait tout de même constaté. A Thimister-Clermont, les expertises vont commencer car la commune vient seulement de décider quel laboratoire s’occupera des analyses.

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte