VEDIA

"La chambre confinée" (34) : Sofia SYKOPOULOS "derrière chaque artiste, une équipe!"

 12 mai 2020 20:00  |   Verviers


Elle avait des projets à la pelle, qui s’organisaient dans les prochaines semaines : tournée, spectacles, programmation ... Tout s’est arrêté subitement. De plus, Sofia Sykopoulos a croisé le virus du Covid 19. Fatiguée par la maladie mais bien déterminée à redémarrer le plus vite possible, elle nous raconte tout de son confinement...!

-Sofia Sykopoulos, vous aviez plusieurs projets avant que l’épidémie n’arrive, comment avez-vous réagi et du adapter ces derniers ?

Non seulement j’avais plusieurs dates programmées (en mars, avril, mai, juin et août) pour mes propres spectacles, mais également pour le nouveau projet de programmation de spectacles (humour et musique) au Tremplin et à l’Espace 58, c’était un début d’aventure d’avril à juin... mais voilà, on essaye de reporter et de rembourser, c’est compliqué !

-Parlez-moi de ces projets ?

Il était dans notre intention, en association avec Christophe Delaude, de tout doucement programmer des spectacles dans différentes salles de Verviers et les alentours, Espace 58, Le Tremplin à Dison... Dans le futur, se produire aussi dans la salle du Peigné (Frères Mourad) et s’étendre petit à petit sur d’autres régions comme Herve...

Un plateau d’artistes était programmé fin mai, un beau projet pas encore réalisé sur la région de Verviers, avec à l’affiche des talents belges (Sarah Grosjean, PE, Samuel Tits, Carole Matagne, Antoine Donneaux, Martin Charlier, Dena, Bénédicte Philippon, Isabelle Innocente).

Nous avons privilégié l’Espace 58 à Dison-Andrimont, avec la capacité de 450 personnes...

Puis en avril, mai et  juin, Isabelle Hauben, Les zindésirables, Juicy (musique) et moi-même au Tremplin, la belle salle de Dison.

En attendant les prochaines mesures, nous essayons de reporter, mais il est compliqué d’arrêter des dates, nous sommes dans le flou.

Nous avons quand même planifié le plateau d’artistes le 14 Novembre 2020 à l’Espace 58

Nous travaillons sur le report des autres artistes.

-Comment vivez-vous le confinement ?

Je l’ai vécu en "force" : j’ai eu le covid-19 avec tous les symptômes, j’étais suivie par mon médecin, le docteur Marc Seel que je veux mettre  à l’honneur. Au bout de 4 jours de forte fièvre (j’ai insulté du monde pendant ces jours-là, particulièrement une personne qui se reconnaîtra, mdr), de violents maux de tête et des essoufflements, j’ai fait un petit passage à l’hôpital mais je n’avais pas de détresse respiratoire.

J’ai pu gérer cela à la maison avec mon médecin. Mais je n’ai pas vu mes enfants pendant plus de 15 jours : j’étais coupée de tous, on me lançait des provisions dans le couloir, c’était le début… Je n’ai pas eu peur, je me suis juste sentie très seule.

Maintenant, je vais beaucoup mieux, encore parfois fort fatiguée.

Alors je m’occupe à faire un peu la "sotte" sur les réseaux afin de montrer que je suis toujours vivante et qu’on ne m’oublie pas ! Le public me manque tellement !

-Comment organisez-vous vos journées ?

Je ne me lève pas trop tard (maximum  8 heures) puis café, douche... et mon premier coup de fil à mes sœurs : elles sont trois. On a un groupe sur Messenger et l’aînée de mes nièces y est aussi :  on s’éclate…

Quand j’ai mes filles (19 ans et 16 ans) une semaine sur deux, nous cuisinons et faisons du sport. Je me suis mise au Yoga-gym (Pascal Meunier en direct sur Vedia !). Je vais avoir un corps de DINGGGGGUE !!!

On passe de bons moments, mes enfants sont tops, ils ont beaucoup d’autodérision, on se taquine, parfois cela vole bas, mais c’est toujours moi qui gagne ! Suis la cheffe de la meute. Elles sont brillantes, brillantes huiles solaires pendant les beaux jours…

Mes ados arrivent aussi à ne pas dire un mot de toute la journée : ah si ! Juste "j’ai faimmmm !", "je gère", "tu me saoules"…

J’ai beaucoup de contact avec ma famille et mes amis par vidéoconférence, on a tellement de chance de vivre un confinement connecté...

-On a vu plein d’initiatives à la télévision et sur les réseaux sociaux, y en a-t-il qui vous ont marquée ?

Mes amis artistes, ceux qui arrivent encore à créer, parfois un sketch (Antoine Donneaux et ses 800.000 vues avec «le Quick»), des chorales, des chansons, des danseurs qui se synchronisent de chez eux pour nous donner de magnifiques tableaux…

Mais le plus marquant, ce sera la solidarité de chacun ; fabrication de masques, les dons, les petits services rendus... Il suffit d’aller voir la page Facebook de «Verviers Ma ville Solidaire» par exemple.

Les services clubs de Verviers, le Rotary, des privés …et des bénévoles ont récolté des fonds pour les plus démunis (vivres…) et les hôpitaux (confection de masques et tabliers...)

Mais je me dis quand même c’est dingue,  c’est encore au «petit peuple» de pratiquer la débrouille... Bravo !!

L’Etat belge est bien gâté, ses dirigeants sont nos bons bergers…

-Marre d’être confinée ?

Ça va encore, j’en ai marre de ne pas jouer...

Mais j’ai peur du déconfinement, ce calme me convenait.

Paradoxalement, je n’aime pas trop la foule !

-Vous avez peur de l’épidémie ?

J’ai regardé beaucoup les infos au début, puis j’ai décroché... pour mon bien-être. Et quand je veux une info, je demande à mon beau-frère qui sait rester objectif et rassurant.

Je ne suis pas de nature parano ! J’ai peur de l’épidémie de cons …lol

-Le monde du spectacle est vraiment touché de plein fouet : qu’attendez-vous de nos responsables politiques ?

Je ne vous cache pas que j’ai été un peu fâchée, irritée, concernant les propos de Sophie Wilmès, je n’ai pas été la seule... Résumer notre métier notre art, notre travail, à un besoin de s’exprimer c’est juste intolérable, c’est de l’ignorance. C’est bien la preuve que la culture et loin d’être une priorité.

Nous sommes oubliés dans le secteur, en Allemagne, on consacre 50 milliards pour la culture… Et nous…

Il faut savoir que derrière chaque artiste, il y a une énorme équipe, manager, producteur, éclairagiste, ingénieur son, propriétaire de salle, ouvreuse, serveur maquilleuse, accessoiriste, régisseur de plateau… d’autres encore vivent autour de l’artiste

Et je ne vois toujours pas de solution… Ah si ! J’ai entendu que certains artistes qui vont recommencer comme les comédiens de doublages et d’autres pourraient participer, contribuer à alimenter un fonds solidaire… C’est une blague !

Des solutions, il pourrait y en avoir en bas de chez nous : nos communes pouvaient aider les artistes, les programmateurs... en offrant les locations de salle, la communication, la publicité, pendant une période ? Mais bon, je rêve peut-être ?

Je pense aussi aux particuliers, propriétaires de salles de spectacle qui devraient avoir une aide pour accueillir les artistes et le public dans de bonnes conditions.

Je ne vois rien pour nous avant septembre ; et encore, je suis gentille, mais pour tenir jusque-là, il faudra plus qu’un colis de nourriture…

-Et le retour sur scène, comment va-t-il s’organiser ?

Difficilement, sans avoir de date de repise et les conditions pour accueillir le public, on ne peut pas annoncer grand-chose.

-Que voyez-vous de votre fenêtre ?

J’habite dans une maison jointive et spacieuse. De l’arrière, je vois mon jardin et une magnifique terrasse.

Un voisinage calme et joyeux…

-La Grèce a mieux maîtrisé l’épidémie que nous. Elle souhaite pouvoir ouvrir ses frontières aux touristes cet été : vous irez ?

Oui j’ai déjà mes billets depuis janvier. Mais s’il y une reprise de travail pour moi je devrais revoir mes plans...

-Que vous aura appris cette épidémie ?

Je dirais le confinement, l’épidémie…la maladie ? C’est juste triste, beaucoup trop de décès en 2020… c’est juste incroyable de pas avoir été préparé à une catastrophe pareille, on est devenu la risée de l’Europe, pas de moyens, pas de masques, des informations pas toujours claires…

Je ne critique pas la gestion, mais le manque d’anticipation. Le plan catastrophe de la pandémie est encore à voir et à revoir.

Pour le confinement, malgré les conditions «sauvages», je me dis que ce n’est pas une mauvaise chose : nous nous sommes «rapprochés» de nos familles de nos amis, et avons pu constater que sur cette terre nous ne sommes pas grand-chose...

Il faut juste que cela ne s’éternise pas, pour le bien de tous. Plus on a du temps, moins on fait... alors on s’agite pour ne pas culpabiliser. Et nos habitudes ont été bousculées.

Au début, les vidéosconférences avec les amis étaient euphoriques, mais au bout de 50 jours, c’est devenu plus tendu, un peu plus "névrosé", on en vient aux confidences. On mange plus. Tout se fête autour de la bouffe et l’alcool, surtout les premières semaines, alors qu’il n’y a pas toujours quelque chose à fêter, juste l’ennui le plus souvent. On fait du sport, on refait du sport, on se met au sport, mais on bouffe juste après c’est l’infini… J’ai un groupe d’amis, la première semaine, ils ont fait des boutures, des potagers, ils attendent les Saints de glace avant de planter. Plus le temps passe plus nous avons des conversations de «vieux cons» …😂 (pour encore bouffer des bons légumes).

Je me dis que la garde alternée c’est top, surtout quand j’entends mon amie me dire qu’elle en a marre d’être une G.O. pour ses gosses, que le prix du panier de courses a augmenté (les enfants dévorent)…

Plus d’idées pour les occuper, («Quoi ? Oui ! Joue à la PlayStation je m’en fiche, oui toute la journée,  joue,  si tu veux...) plus d’idée pour les repas...

Les rôles se sont inversés chez moi, c’est moi qui ennuie mes ados… je me régale…

Et surtout, à l’avenir, j’aurai toujours du gel désinfectant sur moi.

Je ne me rendais pas compte que je touchais autant mon visage.

-Les humoristes, c’est leur rôle, tirent de toute situation, même difficile, matière à nous faire sourire et c’est tant mieux. Qu’est-ce qui vous a le plus fait rire ces dernières semaines ?

Je suis une fan de Jarry (humoriste) et j’ai eu la chance de pouvoir lui parler en live via instagram : 30 secondes de bonheur, c’était un moment délicieux. La vidéo se trouve sur mon «facebook».

Sinon, liker la page d’Antoine Donneaux (humoriste imitateur), ce petit gars va faire parler de lui ! Une programmation sur Verviers est d’ailleurs envisagée.

Et quand je veux savoir à combien de jours de confinement nous sommes, je vais voir la vidéo du jour de Marc Witrvrow : au début il commence toujours par « Bonjour ! 50 ème…. jours de confinement ….».

 

Propos suscités par Urbain Ortmans et diffusés le 12 mai 2020. 

 

 

 

 

 

 

 

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte